La dépêche de l'Aube n°594 du Jeudi 8 février 2001

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Elections cantonales du 11 mars 2001

Le vote communiste: un vote utile et fort

Le dimanche 11 mars va avoir lieu le premier tour des élections municipales et dans la moitié des cantons le premier tour des élections cantonales. Pour les municipales, la gauche plurielle a décidé de constituer dans de nombreuses communes une liste d’union. Aux élections cantonales, où il s’agit d’élire un conseiller général, chaque parti présente une ou un candidat. Les communistes ont beaucoup contribué à ces listes d’union aux municipales: le travail d’équipe, qui bénéficie de l’apport des différentes composantes de la gauche plurielle, est le plus sûr moyen de battre la droite et de répondre ensuite, dans la gestion de la commune, aux attentes des populations. Les candidates et candidats communistes à ce premier tour des élections cantonales s’inscrivent dans cette même dynamique de rassemblement pour de réels changements. Chaque voix communiste va ainsi conforter le vote pour les listes de la gauche plurielle aux municipales. Chaque voix communiste va préférer, pour représenter le canton et gérer le département la proximité,l’écoute, l’honnêteté en politique des qualités reconnues des élus communistes. Enfin, chaque voix communiste va s’additionner au plan national. Et adresser un message que personne ne pourra ignorer. Elle va être une condamnation nette de la droite et de l’extrême droite. Et donner plus de vos exigences. Depuis 1997, le gouvernement a pris un certain nombre de décisions positives. Mais il reste beaucoup à faire. Des choix doivent être faits aujourd’hui, qui concernent directement chacune et chacun d’entre nous. «Crédit d’impôt» ou, comme l’a proposé Robert Hue, augmentation du Smic, des salaires et retraites, des minima sociaux ? Recherche d’un compromis avec le Médef ou résistance à ses pressions ultralibérales, notamment sur les retraites ? Emploi: l’essentiel a-t-il été fait ou doit-on chercher de vraies solutions pour éradiquer le chômage et la précarité ? Dérive vers un régime présidentiel ou nouveaux droits pour se faire entendre et respecter ? Plus généralement, la gauche plurielle doit-elle s’inspirer du modèle «social-libéral» ou décider de grandes réformes qui s’en prennent réellement aux inégalités sociales croissantes ? Le dimanche 1l mars, le vote communiste aux élections cantonales va donner plus de force à toutes celles et tous ceux qui veulent que les décisions prises par la gauche plurielle soient bien ancrées à gauche .

Les candidats présentés par le PCF aux élections cantonales dans l’Aube

Bar-sur-Seine: Joseph SEGHETTO, maire-adjoint de Bar s/S, 47 ans

Piney: Gérard LEBERRE, enseignant, 55 ans

Vendeuvre-sur-Barse: Michel BERTHY, agent EDF, 42 ans

Lusigny-sur-Barse: Marcel RENAUD, syndicaliste, 54 ans

Essoyes: André RAFFY, salarié agro-alimentaire, 44 ans

Chavanges: Régine CHAILLOT, retraitée fonction publique santé, 56 ans

Chaource: Dominique LAFONTAINE, syndicaliste, 45 ans

Bar sur-Aube: Patrick GRACIA, salarié, 42 ans

Méry-sur-Seine: Jacques MOROY, chauffeur-livreur, 51 ans

Sainte-Savine: Régis LABBé, retraité de l'enseignement

Romilly-sur-Seine 1: Yves BOUTEILLER, agent commercial, 46 ans

Troyes 1:Anna ZAJAC, employée DDA, 55 ans

Troyes 6: Jean-Pierre CORNEVIN, rédacteur en chef, 40 ans

Elections municipales & cantonales

Plus d’élus communistes, c’est donner plus de force aux aspirations des aubois

Jeudi 15 février à 19 heures

Bourse du travail à Troyes

Rencontre publique départementale

avec la participation de Bernard Birsinger Député-maire de Bobigny

de Pierre Mathieu Conseiller régional, vice-président du Conseil National du Parti communiste

en présence des candidats qui seront sur les listes de la gauche plurielle aux élections municipales

Présentation des candidats [es] communistes aux cantonales

 

 

HUMEURS

La chaine

Trouvez un emploi facilement et gagnez des mille et des cents. Envoyez simplement ce message à des milliers de patrons que vous connaissez. Cette chaîne a été commencée dès l'âge des cavernes et transmise en 1789 à un sans-culottes sans le sou qui la continua ,dans le but de sauver un prince de la chaise électrique. Volta s'arrangea pour inventer la pile en 1800 ce qui sauva Louis XVI de ce supplice. Ne gardez pas ce message plus de tant de temps sur votre ordinateur. Il y a 2000 ans, Marie X. le reçut sur papyrus et le négligea. Elle accoucha d'un vagabond qu'on retrouva sur un chemin, cloué sur une croix. En 1429, Jeanne, gardienne de moutons, se fit offrir un portable pour recevoir des voix plutôt que de dépêcher le message. La vie lui joua un tour de Cauchon et sa ligne directe avec le Père fut brutalement coupée à Rouen, sur la place du marché. En 1860 un jeune chômeur américain renvoya le message à ses amis. Le lendemain, il ramassa une épingle dans la cour de son futur patron et devint président des Etats-Unis. En mars 1995, le nouveau maire de Troyes améliora son service communication des messages en embauchant huit collaborateurs. Troyes se transforma radicalement: ses rues devinrent comme un ciel constellé de trous du plus joli effet, ses usines donnèrent congé à leurs ouvriers qui purent profiter des nouvelles salles de cinéma qui s'ouvraient de tous les côtés. On fit venir à grands frais des Parisiens, les Troyens étant trop bêtes, pour corriger la gabegie ancienne. Le bonheur n'allait pas tarder à régner. (à suivre)

Malicette

 

Municipales

Un ticket gagnant pour Troyes

En période électorale, rien ne compte plus que le plaisir de l'électeur ! Celui qui va le pousser à sortir de son fauteuil par un dimanche de printemps souvent pluvieux pour aller prendre sa place dans la file d'attente, devant l'urne d'où sortira, sans mentir, le nom de celui qui fera son bonheur. Que ceux qui détestent faire la queue se rassurent, les files d'attente devant les urnes sont de moins en moins longues. Et par les beaux jours de tombola dans nos hypermarchés locaux, la récolte de bulletins est plus fructueuses que dans les urnes municipales. Pourquoi ? Les chances de gagner seraient-elles encore plus minces. Il est vrai qu'après cinquante ans d'essais non transformés, l'électeur Troyen a de quoi se dire que décidément ce jeu ne vaut pas le déplacement. Pendant la même période, de tirage en grattage, il a gagné, au moins une fois, cinq francs au Banco. Ou alors c'est qu'il est maudit. Et malgré tout, il essaye encore. Peut-être que cette fois sera la bonne ! Il est vrai que rien ne peut forcer le hasard à faire de nous des millionnaires, mais notre détermination de citoyen responsable peut et doit nous permettre de mettre fin à cinquante ans de guigne pendant lesquels, de père en fils spirituels, nos maires successifs ont oeuvré à ne rien faire d'autre ou presque que des promesses. Ça ne coûte rien, hors le sourire qui accompagne les discours et quelques poignées de mains, et l'argent peut servir d'autres intérêts que ceux des Troyennes et des Troyens ! Mais aujourd'hui, notre ticket est peut-être gagnant, alors, il faut le jouer, ne pas douter ... et gagner. La liste de la gauche plurielle, qui se présentera à vous en mars, se veut ouverte et riche de sa variété. Chaque composante entend y tenir une place active et faire valoir sa détermination particulière à faire de Troyes une ville qui derrière ses façades du moyen âge à un coeur jeune et généreux accessible à tous, une ville qui avance grâce à un programme réaliste et conforme à ses ressources. Les représentants du PCF, qui ont accepté de figurer sur cette liste, et dont je fais partie, y défendront leurs valeurs sans rien céder à la facilité, pour que la ville qu'ils aiment, dans laquelle ils vivent, travaillent, se cultivent, se distraient, offre à tous ses habitants les mêmes chances, la même qualité de vie, celle qu'ils désirent et qu'ils veulent construire ensemble. Le chantier est immense, comme vos attentes, mais je dirais heureusement ! Soyez exigeants ! Ne jetez pas votre ticket, il est sûrement gagnant cette fois.

Françoise Desimpel

candidate communiste pour l’élection municipale sur la liste de la gauche plurielle

Mardi 20 février 2001 de 10 h à 13 h

Marie-Georges Buffet

Ministre de la Jeunesse et des Sports sera à Romilly

Le programme et le déroulement de la visite de la ministre communiste sera communiqué dans une prochaine édition

Partir des problèmes,contester, proposer

Le nouveau projet communiste

L'idée avancée par Robert Hue de convoquer pour octobre prochain un nouveau congrès du Parti communiste français a eu un grand retentissement. Élaborer un nouveau projet communiste, a rappelé le secrétaire national, suppose que l'on parte des problèmes, des interrogations, des attentes de la société et des citoyennes et des citoyens. Il y a les problèmes sociaux. Ceux-ci sont de pleine actualité: le pouvoir d'achat, l'avenir des retraites, l'extrême précarité dans laquelle continuent d'être confinés des millions de Français. Toutes choses qui sont loin d'être mineures. De la qualité des réponses apportées à ces problèmes dépend, pour commencer, le sort immédiat et l'avenir de millions de gens. Et, bien au-delà, le sens même de la vie des êtres humains en société dans les décennies à venir, alors que sont érigés en dogmes indépassables que le salaire serait un coût à réduire absolument, et le système actuel de retraite une entrave au développement économique. Il y a aussi les bouleversements que subissent les modes de vie; les réticences générées par la construction européenne Face ces enjeux, il y a besoin d'un Parti communiste porteur d'une vision nouvelle de la société, moderne et réellement transformatrice parce que contestant radicalement le capitalisme: c'est-à-dire un nouveau Parti communiste. Nouveau parce qu'il entend élaborer ses propositions de manière largement ouverte sur la société, avec d'autres; nouveau parce que ce parti compte modifier en profondeur son mode de vie, son organisation, ses structures. Son ambition, c'est d'être réellement, concrètement le parti de la transformation sociale, devenir l'interlocuteur convaincant des Françaises et Français sur tous les grands choix à opérer et toutes les solutions neuves à mettre en œuvre. Elle ne peut donc se résumer à son seul rôle si utile soit-il- au sein de la gauche plurielle et à ses efforts pour ancrer à gauche la majorité. Les communistes n'ont pas l'intention de limiter leurs choix stratégiques au rôle qu'ils jouent actuellement en son sein. Mais ils entendent construire et rassembler en faveur d'un nouveau projet contestant le capitalisme mondialisé et porteur de propositions novatrices pour un développement durable et humain de la société .

Bar-sur-Seine

Soirée choucroute

organisée par la section barséquanaise du PCF

Samedi 24 février à 20 H Salle polyvalente de Bar-sur-Seine suivie d'une soirée dansante

Menu : Kir, entrée, choucroute, fromage, dessert, café

Adultes : 80 F - moins de12 ans : 40 F Réservations : jusqu'au 19 février

ASSEMBLEE - DEBAT à partir de 18 HEURES

Conseil général - Session budgétaire 2001

Joë Triché demande plus de solidarité, de transparence et de démocratie

"Si c’est avec réalisme et lucidité que nous abordons cette session budgétaire, ce ne sera pas pour autant avec une sagesse constante. Nous avons, en effet, parfaitement conscience qu’au sein de cette assemblée, nous ne disposons pas des moyens politiques nous permettant d’inverser le cours des choses. Mais après les progrès réalisés par la gauche en 1998, je ne doute pas un instant que cette situation continuera d’évoluer en sa faveur, à l’issue des scrutin des 11 et 18 mars prochain. C’est sans doute votre rigidité et celle de votre majorité, à ne jamais vouloir prendre en compte certaines de nos propositions, qui conduit la population à vouloir renforcer le poids de l’opposition au sein de cette assemblée, afin que ces propositions deviennent réalités pour les familles. Notre opposition à votre budget réside dans le fait qu’il y a bien une différence entre la droite et la gauche et, encore plus, entre la droite et le parti communiste. Il est certain qu’une majorité de gauche opérerait d’autres choix au niveau du fonctionnement, tout comme au niveau de l’investissement. Avec un budget de 1,2 milliards de francs, il n’y a pas qu’une politique possible pour notre département ; personne ne peut le croire. Solidarité plus grande à l’égard des familles, transparence dans les choix de gestion, démocratie participative permettant aux habitants d’être acteurs de la vie de ce département: telles sont quelques idées auxquelles nous tenons. Il n’y a pas, en effet, que l’élite auboise et le monde économique avec lesquels il faut débattre. Il y a aussi les syndicats, les associations et les citoyens qui peuvent être consultés pour prendre part à la définition des projets et des choix à opérer. Tout en ayant conscience que nous ne bouleverserons pas votre projet de budget, nous entendons, comme nous le faisons chaque année, nous inscrire dans une démarche constructive et non partisane. Trois propositions Nous espérons et souhaitons qu’il en soit de même de la part de votre majorité. Et vous allez pouvoir le démontrer à propos de trois propositions que nous vous formulons et qui peuvent être adoptées d’ici la fin de cette session.

1°/ Nous vous demandons, qu’au cours de cette session, il soit décidé d’accorder une subvention spécifique annuelle pour les collèges classés en zone d’éducation prioritaire. Cette proposition, nous la formulons depuis deux ans, et depuis elle a reçu le soutien de six mille personnes dans le département, de nombreux élus et de personnalités diverses.

2°/ Nous vous demandons une étude sur la mise en oeuvre d’une aide aux familles pour la restauration scolaire des collégiens. Sur cette question, je regrette d’avance la réponse qui consiste à dire qu’il y a le FSE pour cela. En effet, avec cette proposition, nous ne visons pas seulement les plus démunis, mais aussi toutes ces familles auboises qui, tout en travaillant, disposent de revenus modestes. Ce serait ainsi l’occasion de redistribuer, avec cette mesure de solidarité, une partie des hausses d’impôts mises en oeuvre dans la période où les taux d’intérêts étaient élevés. Notre troisième proposition concerne la vie associative. Au budget primitif 2000, après l’avoir sollicité, notre assemblée a augmenté de deux millions de francs, le crédit réservé à la vie associative. Comme nous l’avons exprimé en janvier dernier, cette décision constituait un rattrapage. Je me souviens avoir demandé que, chaque année, ce crédit soit actualisé. Or, à la lumière de vos propositions sur ce sujet, j’ai l’impression que cette enveloppe consacrée à la vie associative entre à nouveau dans une période de blocage car, cette année, les mêmes sommes que l’année dernière sont inscrites dans le projet de budget. De plus, 2001, c’est l’année du centième anniversaire de la loi de 1901 sur la vie associative. Notre assemblée pourrait donc, selon nous, marquer cet anniversaire en revalorisant, comme l’année dernière, ce crédit destiné aux associations. Les nombreux bénévoles qui les animent et les font vivre y verraient là une réelle marque de reconnaissance pour le travail et les responsabilités qu’ils assument. Ce ne sont pas des raisons financières qui peuvent vous conduire à refuser ces quelques propositions, mais plus une prise de position partisane parce qu’elles émaneraient des élus communistes. En effet, la section de fonctionnement dégage cette année encore un excédent financier de 225 millions de francs. Mais d’ici le vote du budget, vous aurez tout loisir de pouvoir nous démentir»