La Dépêche de l'Aube n°632 du 1 Novembre 2001.......La Dépêche de l'Aube n°632 du 1 Novembre 2001

La dépêche de l'Aube n°632 du Jeudi 1 novembre 2001

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ


31ème congrès du Parti communiste français
Construire une alternative humaine au libéralisme

Les communistes ont défini les grandes lignes de leur projet, à poursuivre, avec le sentiment de savoir mieux qui ils sont et où ils vont aujourd’hui.

Le Parti de la relève en actes du capitalisme
Le week-end dernier, les 858 délégués au congrès extraordinaire du Parti communiste, qui se tenait au CNIT à Paris, ont adopté une réforme des statuts du PCF et fait le point sur l’élaboration d’un nouveau projet communiste dont la visée est de construire une alternative humaine à la mondialisation capitaliste. La résolution adoptée traçant les grands axes de ce projet [745 pour-16 contre - 66 abstentions - 2 refus de vote] réaffirme une condamnation sans ambiguïté du terrorisme qui est «la négation absolue de la politique» et demande, en même temps et avec force, l’arrêt des bombardements en Afghanistan, la recherche au niveau international de voies de luttes réelles contre le terrorisme et incite à repenser l’action pour la paix qui est «à la base même de notre humanisme». Une résolution qui préconise de faire avancer dans la société «des idées en rupture avec les logiques de renoncement ou d’aménagement», qui mettent en cause les logiques do-minantes de discrimination, de domination, de marchandisation et de financiarisation. Cette réflexion sur le projet communiste sera poursuivie avec toutes celles et ceux qui souhaitent élaborer une «alternative humaine

au libéralisme.»

Collégialité et parité à la direction nationale
Le PCF a de nouveaux statuts [627 voix pour - 156 contre - 75 abstentions] qui ont aussitôt été mis en pratique lors de l’élection de la direction nationale puisque, pour la première fois, la parité parfaite a été obtenue à l’occasion de l’élection du Conseil national qui est désormais composé de 240 membres - 120 hommes et 120 femmes -. Notre fédération y sera représentée par Jean-Pierre Cornevin, Pierre Mathieu et Anna Zajac. Les congressistes ont également entériné la candidature de Robert Hue à la prochaine présidentielle, après que 77,46% des 64.000 communistes votants aient, il y a quelques semaines, fait ce choix. Robert Hue qui est pour sa part élu président du Parti communiste alors que Marie-Georges Buffet devient la première secrétaire nationale de l’histoire du PCF [804 pour - 4 contre - 18 abstentions - 12 refus de vote]. Le Parti communiste fait donc le pari de l’apport des femmes et du féminisme à tous les niveaux et adopte le principe de la parité comme règle de vie. Et cela ne sera pas un vain mot comme vient de le démontrer récemment l’élection de cinq femmes au Sénat, constituant ainsi le seul groupe paritaire de cette assemblée. Le congrès extraordinaire voulait ouvrir des perspectives d’un changement radical : objectif atteint ; reste aux communistes à retrousser les manches !

Elles ont participé aux travaux du 31ème congrès

Impressions de congressistes


Danièle Bourbon :
«J’ai eu la chance d’assister à ce 31ème congrès, un congrès extraordinaire annoncé au congrès de Martigues. Et pour «extraordinaire», il le fut. Un congrès qui a su doter le PCF de tous les outils nécessaires à sa mutation et qui, surtout, à respecté tous ses engagements en mettant en pratique la parité parfaite au Conseil National : 120 femmes et 120 hommes. Une femme, Marie-Georges Buffet, secrétaire nationale du PCF, et quelle femme ! La droiture, c’est le mot qui me vient tout de suite en tête en pensant à elle, mais aussi la gentillesse, l’intelligence, le courage et la générosité ; tournée vers les autres et se dépensant sans compter. En tant que femme, je suis fière que le Parti communiste se soit choisi une telle personnalité pour assumer les plus hautes fonctions aux côtés de Robert Hue comme président. Cette fois-ci, le PCF ne pourra que sortir vainqueur du combat que les média ont engagé contre lui en le donnant pour moribond. Désormais, tout reste à faire, avec ces nouveaux outils pour que Robert Hue gagne le pari des communistes sur les prochaines présidentielles.»


Angélique Pochinot :
«Jeune communiste de 27 ans, emploi-jeune de l’Education Nationale, j’ai eu le privilège de participer au 31ème congrès [...] Certains, en dehors des adhérents et sympathisants, affirment que le PCF est un parti à bout de souffle, voire destiné à mourir. Un parti

 

qui rassemble uniquement des personnes issues de la classe ouvrière, des privés d’emplois ou encore des personnes se trouvant dans des situations précaires. Ce n’est pas le cas ! On peut être d’un milieu social élevé et avoir sa carte du PCF. Ce n’est pas incompatible, c’est tout simplement «être humaniste», rattacher ses idées à un idéal plus social avec plus d’égalité et de justice. C’est un refus de la mondialisation où le capitalisme libéral met l’être humain après le profit. Le 31ème congrès ouvre la voie d’un changement du PCF [...] le PCF a su évoluer avec son temps et cela s’est vérifié au congrès ; plus de démocratie, respect de la parité, droit d’expression pour tous, etc. On a le sentiment d’être plus proche de ce parti, on se sent citoyen et, en même temps, plus ancré dans les décisions du PCF. [...] Même si parfois les débats ont laissé place à des divergences d’opinion entre les délégués-es-, ils ont souvent apporté des critiques positives. [...] Ce congrès m’a apporté un enrichissement personnel. J’ai pu constater que les communistes ne sont pas des «bêtes rares» en voie d’extinction sur l’échiquier politique. On se sent bien entouré de personnes partageant les mêmes idéaux, ayant le même objectif en côtoyant des personnalités politiques sans qu’il n’y ait une barrière (derrière moi se trouvait le député communiste André Lajoinie) .


Josette Dollat :
«Aux côtés des ouvrières d’Aubelin, je lutte pour défendre l’emploi et j’ai pu mesurer le cynisme des patrons lorsqu’il s’agit de faire des profits : tous les moyens sont bons : pressions sur les conditions de travail que les salariés subissent pendant des années avant de s’entendre dire, bien souvent, que la «conjoncture économique» les oblige à délocaliser et à fermer des usines. Je vis un tel drame aujourd’hui et je pense sincèrement que les propositions communistes en faveur de l’emploi sont de nature à mieux armer le monde du travail pour éviter de telles situations. En tant que femme, l’élection de M.G. Buffet comme secrétaire nationale m’a mis du baume au coeur. Le PCF adopte dans les faits et au sein même de ses instances les idées qu’il veut faire vivre dans la société. Un bel exemple dont j’aimerais bien que d’autres formations nous fassent la démonstration !

 

•Après les travaux du 31ème congrès, l’activité des communistes de la section de Romilly - les décisions de la conférence de section et la mise en place de collectifs.

Assemblée générale
de la section de Romilly du PCF

Jeudi 8 novembre à 18 h
Espace Gaston Monmousseau

Avec la participation de
Pierre Mathieu, membre de la direction nationale du PCF

CTM à Arcis s/Aube

Soutien du PCF aux salariés

La fédération de l'Aube du Parti communiste et ses élus tiennent à réaffirmer leur total soutien aux salariés de CTM à Arcis-sur-Aube.
En effet, comme beaucoup d'entre eux, nous considérons que tout n'a pas été entrepris pour sauver l'emploi.
C'est pourquoi, depuis l'annonce des menaces qui pesaient sur cette entreprise, nous avons été attentifs à l'évolution de la situation et multiplié les démarches en direction du Préfet et du Conseil Général.
Le 22 mai 2000, Joë Triché, conseiller général, a déposé un voeu au nom des élus communistes visant à condamner les délocalisations de productions vers les pays à bas salaires décidées par certains employeurs. Ce voeu, qui a été repoussé par l'ensemble des élus de droite de cette assemblée, a été combattu par Serge Lardin, conseiller général et maire d'Arcis-sur-Aube.
Le 24 septembre dernier, les élus communistes se sont

adressé au Préfet de l'Aube pour lui demander l'application de la loi Hue sur le contrôle et l'utilisation des fonds publics attribués à CTM, Doré-Doré, Sorotex, Vestra et Scandale. Dans ce courrier, ils demandaient également de décider d'un moratoire sur tous les plans de licenciements, tant que la loi de modernisation sociale ne sera pas définitivement votée par les députés. Ceci permettrait d'engager avec toutes les parties concernées, salariés, syndicats, employeurs, experts élus, services de l'Etat, banques et institutions financières, la recherche de solutions pour maintenir l'emploi.
Nous ne voulons pas croire, comme cela est souvent écrit, qu'il n'y a plus rien à faire et qu'il faudrait se résigner à cette nouvelle fermeture d'entreprise. Si tout n'a pas été tenté, comme l'affirment les syndicalistes et les salariés de CTM, pourquoi ne pas essayer ? Il n'est pas trop tard ; les propositions que nous formulons le permettent .

Humeur

Parti pommuniste

Romilly-sur-Seine accueille ce Ouikend l'exposition des Croqueurs de Pommes à la salle des fêtes F. Mitterrand. Tout le monde ira et rira sauf les meurtris, les talés, les pas mûrs, ceux qui ne croient plus en rien.La pomme est l'avenir de l'homme, c'est Dieu qui l'a dit. Il l'a donc mise au Paradis pour exciter la pensée féminine. Elle ne s'en priva pas, ha ha, la pensée féminine, et sema les vivifiants pépins de la réalité dans la tête d'Adam, mâle rêveur qui se croyait philosophe ou poète. Il le croit encore. Grattez le paritaire, le macho revient au galop. Eve, Elle, première croqueuse de pommes attestée dans l'histoire, est solide sur son ventre fécond, sauf qu'elle a toujours peur des serpents et des araignées. Mais c'est qu'ils sont parfois terrifiants comme le serpent monétaire ou l'araignée au plafond des pensées intégristes.
Retour au Paradis. Robert vient d'être élu président et Marie-George secrétaire. Une ère nouvelle est bouche bée. Le communiste nouveau va repeupler les vergers de la justice, chasser la jachère industrielle, récolter les fruits des luttes. Le pollen libertin va féconder les pistils des femmes afghanes. On rechantera les lendemains qui déchantaient hier.
Ainsi va le monde. Les incivilités contre l'environnement, la connerie à face de mouton veule, la férocité au front de mollah, doivent être pareillement et continûment combattues. Des injustices, des crises, petites et grandes, proches ou lointaines, valent petites et grandes colères.
Ainsi une nouvelle race de jardiniers vient de naître qui croque, soupèse, sauvegarde et propage. Elle veut faire à sa manière, rejette le marché et ses standards, met en avant la diversité qui fut étouffée par l'or, invente un art et une liberté de vivre.

Jean Lefevre

 

Culture

Nuits de Champagne

L'événement majeur de l'automne à Troyes, ce sont les Nuits de Champagne.

Elles ont débuté par le chant choral dimanche à l'espace Argence. 1.700 spectateurs ont fredonné avec 350 collégiens choristes les mots d'amour aznavouriens (qui valent quelque chose). «Ils sont venus, ils sont tous là.» Garçons et filles de Chaource, de Marigny, Troyes, La Chapelle, Piney, Arcis, Vendeuvre «se voyaient déjà en haut de l'affiche». ça n'est pas facile de mettre tout le monde au diapason. Il faut un peu de coeur et de passion. La chanson française qui est la meilleure du monde (foi d'Aznavour ), est bien défendue dans l'Aube

qui devient un bon passeur de tubes. Nous avons encore le temps de proposer vendredi le trio Espéranza, trois filles superbes qui font entrer le pianiste après le début de la chanson (tour de force pour les connaisseurs), Serge Hureau dans «Gueule de Piaf» et «Au bon p'tit Charles (Trenet)», les Yeux noirs fortement tziganes et le grand Choral du samedi.Qu'on se le dise et se le chante. !

Jean Lefevre

Les lecteurs de la Dépêche pourront suivre dans les numéros suivants les coups de coeur (choeur) de Jean Lefèvre.

Dérives dans la lutte anti-terroriste

L'étranger devient un terroriste en puissance !

Chasse aux immigrés, détentions arbitraires, mesures discriminatoires : les étrangers sont les premiers à pâtir des dérives de la lutte anti-terroriste. Les premiers et peut-être pas les seuls.

«Depuis le 11 septembre, les sans-papiers se terrent chez eux ou ont été arrêtés. Le nombre d’étrangers placés en centre de rétention a augmenté de 30%», dénonce Mouloud Aounit, le secrétaire général du MRAP. Ainsi, à Toulouse, le centre de rétention comptait dix-neuf «pensionnaires» le 20 septembre, contre trois dix jours plus tôt. Les tribunaux sont débordés : celui de Bobigny a dû multiplier par deux ses audiences réservées aux sans-papiers. Pour la CIMADE, une association d’aide aux immigrants, «la police met à profit le climat ambiant pour faire du chiffre.» S’agit-il seulement de cela ? Avec l’arsenal répressif en voie d’adoption au Parlement, ceux que tente la «chasse au faciès» seront en tout cas dotés de tous les instruments adéquats, sous le contrôle purement fictif des seuls procureurs.

Le cas de la France n’est pas isolé
Aux Etats-Unis, on s’inquiète sérieusement du sort d’environ sept cents personnes - pour la plupart immigrées - arrêtées après le 11 septembre, et détenues depuis dans le plus grand secret sans que personne puisse savoir ni ce qu’on leur reproche, ni même où elles se trouvent. Certains témoignages évoquent des brutalités. Le «pays de la liberté» réinvente-t-il les

lettres de cachet ? En Allemagne, on s’apprête à pratiquer l’enregistrement systématique de tout migrant ou demandeur d’asile dans le fichier de la police criminelle. En Italie, le gouvernement de Berlusconi et de ses amis post-fascistes va contraindre tout employeur à vérifier, avant une embaûche, s’il n’existe pas de chômeurs «nationaux» pour occuper le poste. C’est la mise en oeuvre de la «préférence nationale» chère à Le Pen.

Ces initiatives s’accompagnent au plan européen
du développement de la «coopération policière» avec, en particulier, l’établissement d’un mandat d’arrêt européens et des avancées vers la reconnaissance mutuelle des actes de justice. Des dispositions qui dépassent d’ailleurs la criminalisation de l’immigration et pourront atteindre tout citoyen. Pour Evelyne Sire-Marin, présidente du syndicat de la magistrature, «la définition de l’acte de terrorisme est particulièrement floue [...]» Plus besoin ainsi de s’embarrasser de la lourde procédure d’extradition qui donne droit à un avocat, à la consultation de son dossier et au passage devant des juges. Deux poids, deux mesures ; on ouvre la porte à l’arbitraire envers les citoyens tout en continuant de se refuser à contraindre les banques de collaborer aux enquêtes en cours. à ce rythme, la lutte anti-terroriste risque fort de se conclure par une victoire à la Pyrrhus où, pour vaincre les ennemis de la démocratie, les démocraties elles-mêmes auront fini par renier tout ce qui les fonde .

 

Libéralisation des postes européennes

La Poste n'est pas une marchandise.

Les ministres européens chargés de la Poste et des Télécommunications se sont entendus, le 15 octobre, sur une nouvelle phase de libéralisation des services postaux dans l'Union européenne.
Avec ce projet, le monopole accordé aux postes publiques serait limité au courrier de moins de 100 grammes jusqu'en 2003, puis au courrier de moins de 50 grammes jusqu'en 2006, la part du marché libéralisé passant alors à près du quart du marché. Le secrétaire d'État à l'Industrie, Christian Pierret, s'est dit "extrêmement satisfait" de l'accord qui permet "une ouverture progressive et maîtrisée, à un rythme et un niveau compatibles avec le développement du service public".

Plus de libéralisation, c'est plus de problèmes pour les usagers
Ces derniers mois, la situation déjà difficile vécue par les usagers de la Poste s'est encore dégradée : retards dans la distribution du courrier, attentes aux guichets, horaires inadaptés. Des fermetures de bureaux de poste et des suppressions de tournées sont décidées sans que les élus des communes concernées n'aient eu leur mot à dire. De leur côté, les postiers, confrontés à un sous-effectif chronique et à la précarisation de l'emploi, subissent des conditions de travail à la limite du supportable. Cette situation ne peut que s'aggraver avec la nouvelle directive européenne: sous l'effet de la concurrence, les opérateurs, publics et privés, seront en effet incités à concentrer leurs moyens sur les seules activités rentables ; des milliers de bureaux et des dizaines de milliers d'emplois seraient alors rayés de la carte en France et dans le reste de l'Europe.

Pour un grand service public de la communication
À l'inverse, les communistes font la proposition de construire un grand service public de la communication avec la démocratie au cœur et la coopération comme principe d'organisation. Nous voulons agir à l'échelon de l'Europe pour stopper le processus de libéralisation, étendre le champ du Service dit "universel" pour aller vers un nouveau texte fondateur de l'Europe postale. Intervenant au 31ème congrès du Parti communiste, Robert Hue, à La Défense, ce week-end, s'est prononcé pour "un secteur public étendu à tous les domaines où c'est nécessaire et ne se limitant pas

obligatoirement aux services ou aux activités que le capitalisme ne juge pas assez rentables". Dans le même temps, il a jugé "indispensable d'entreprendre la désétatisation du secteur public", ce qui ne signifie pas désengagement de l'État mais accroissement de la participation citoyenne. à Bruxelles, le 13 décembre, le Parlement européen va se prononcer sur le texte adopté par les ministres européens. En France, les organisations syndicales discutent d'une riposte. À l'échelle européenne, après la manifestation de la Confédération européenne des syndicats à Liège en septembre, un vaste rassemblement se prépare Bruxelles le 13 décembre lors du sommet européen, à la fois contre l'actuel projet de directive et pour faire vivre les valeurs du service public en Europe. Pour sa part, au-delà de l'action de ses élus au Parlement européen, le PCF entend contribuer à construire, avec toutes les forces disponibles, les rassemblements usagers-salariés nécessaires à l'élaboration de rapports de force suffisants pour battre le libéralisme et dégager un autre avenir pour La Poste .

Les propositions du PCF

•L'arrêt du processus de libéralisation en Europe et la construction d'une Europe postale sur des principes de Service Public: droit à la communication pour tous, égalité de traitement sur tout le territoire, prestations de qualité à des prix abordables, coopérations entre les opérateurs pour coordonner les réponses aux besoins.
•L'arrêt immédiat des fermetures de bureaux et des suppressions de tournées.
•Un plan de création d'emplois à la Poste pour répondre aux besoins, avec l'embauche sous statut des contractuels.
• La démocratisation de la Poste: dans le cadre des missions générales à définir par l'Etat et du statut national des personnels, la décentralisation des décisions et des moyens aux niveaux des communes et des départements.
•L'engagement d'un débat national et européen sur l'avenir de la Poste et de ses activités.

 

 

haut de page