L’affirmation de la paix est le plus grand des combats. » Jean Jaurès

Accueil > Archives > Aube > Aix-en-Othe > LE MAQUIS DE SAINT-MARDS

LE MAQUIS DE SAINT-MARDS

jeudi 24 juillet 2008 , 2755 : visites , par Jean Lefevre

A la suite de mon article " Résistance et Pays d’Othe ", quelques précisions m’ont été apportées par les combattants eux-mêmes, témoins directs de ce valeureux maquis de Saint-Mards. Il s’agit des camarades Gilbert Couillard et Fernand Ibanez. Il m’a paru nécessaire d’apporter les corrections utiles pour respecter l’histoire et rendre un hommage plus juste à ces combattants . Des livres de témoignages ont été publiés ( [1]) qui n’ont pas tous la précision historique voulue et nous espérons qu’une histoire plus rigoureuse sera écrite un jour.

Le maquis de Saint-Mards fut attaqué le 20 juin au matin par une colonne allemande composée de prisonniers de guerre ukrainiens volontaires, commandés par quelques officiers SS. Trois traîtres français, Pigné, Debeaune et Kerseck ( [2]) servaient de guide. Les premiers éléments allemands arrivés par la route de Maraye, surprirent 6 maquisards et en tuèrent 4. Un autre détachement venu de la Belle Fayte attaqua les 13 hommes de Hervé Mathieu. 7 maquisards furent tués parmi lesquels l’Anglais Léon Mamoutoff complétement haché par les mitrailleuses.

D’autres troupes surgirent ensuite venues de Vosnon qui prirent les résistants en tenaille sans réussir cependant à les anéantir ni à les vaincre. Le soir le bilan était lourd avec 27 patriotes tués dont quelques blessés achevés sur l’ordre de Pigné. Les Allemands de la 51e brigade du lieutenant Gelling et du 615e Ostbataillon du major Schramm avaient perdus une quarantaine d’hommes (et non 208) dont 5 à 6 officiers.

Grâce au commandement efficace de Baudiot ( BOA), Chuchu, Ibanez et Couillard (et non Alagiraude), tous les maquisards purent effectuer un repli en bon ordre, vers d’autres maquis.

Ce sont quelques combattants de la veille (et non les gendarmes d’Aix, comme un rapport mensonger l’avait spécifié) qui revinrent fouiller les bois pendant plusieurs jours pour rassembler les victimes de ce combat qu’on peut qualifier d’héroïque. En effet, 267 maquisard ( [3]) subirent l’assaut d’une troupe expérimentée de plus de 1000 Ukrainiens et Allemands.

Ce combat historique du maquis de Saint-Mards-en-Othe (la Lisière des Bois), commémoré à juste titre par les Résistants qui ont créé le " Chemin de la mémoire " ( [4]), a reçu cette année une reconnaissance nationale grâce à la présence du sous-préfet, de l’ensemble des maires du canton et d’un nombreux public.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N983

Notes

[1Roger Gallery " Le combat des obscurs " dont je m’étais inspiré est paru en 1996.

[2C’est cet agent qui abattit Georges Dié à Epernay.

[380 BOA de E.Baudiot, 150 FTPF de G.Gagnières, 37 FTPF de M.Camuset.

[4Ce parcours qui traverse la forêt où eurent lieu les combats du 20 juin 44 fut créé à l’initiative de Fernand Ibanez dont la famille d’origine espagnole arriva en France vers 1917.

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|