“Emmanuel Macron dit vouloir libérer le travail. Il a raison ! C’est vrai que le travail est emprisonné dans les injonctions de rentabilité et les logiques financières.” Les Économistes atterrés

Accueil > Archives > National > Services publics – Promotions et développement > LES CHEMINOTS MOBILISÉS POUR L’AVENIR DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE

LES CHEMINOTS MOBILISÉS POUR L’AVENIR DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE

jeudi 15 avril 2010 , 643 : visites , par FLORENT BALLANFAT

En pleine période de vacances scolaires, les quelques trains en circulation ont été largement suffisants pour absorber le trafic. Cela n’empêche pas la grève du 08 avril d’avoir été bien suivi avec plus de 40% de grévistes soit encore plus que les deux autres journées d’actions précédentes.

Une direction SNCF et un gouvernement toujours aussi sourds

Un moyen de se faire entendre face à une direction qui au-delà de ses discours publics ne semble pas prête à investir massivement pour améliorer la qualité que les usagers sont en droit d’attendre du service public. Pour autant si la direction a une responsabilité évidente dans le manque de dialogue social dans l’entreprise, elle n’est pas la seule responsable de ses orientations stratégiques.

L’Etat son autorité de tutelle refuse toujours obstinément de lui accorder des capacités de développement y compris en ce qui concerne son rôle d’aménagement du territoire. L’absence d’une volonté du gouvernement actuel de développer le ferroviaire tant pour les voyageurs que pour le fret grâce à un outil performant que constitue la SNCF et le savoir faire reconnu des cheminots pèse lourd dans la balance.

C’est en prélevant sur le bénéfice de la SNCF lorsqu’il existe et en faisant reposer sur l’exploitant une partie du financement du réseau ferré qui relève de la responsabilité de RFF et donc de l’Etat, que le gouvernement réduit les marges de manoeuvre de l’entreprise publique. Face à un Etat qui n’assume pas son rôle, la Direction SNCF se trouve fortement incité à réduire son engagement sur ses missions de service public, en économisant par tous les moyens sur ce qui fait la richesse de cette entreprise : les cheminots.

A cela s’ajoute un contexte menaçant pour l’avenir du service public avec l’ouverture à la concurrence dont les bienfaits n’existent que dans les articles des Echos ou du Figaro, qui justifie pour la Direction de la SNCF toutes les remises en cause du statut des cheminots, les abandons de trafic fret, et les réductions de service pour les communes qui en ont bien besoin pour leur développement.

Un mouvement social déterminé à aboutir sur de véritables négociations

En ayant supprimé plus de 22000 postes depuis 5 ans la direction de la SNCF ne semble pas avoir pris la juste mesure de l’impact de ses suppressions sur la qualité du service public par la création d’un équilibre précaire qui est rompu au moindre incident.

Les usagers Aubois des trains Corail Intercités expérimentent quasi-quotidiennement comme les cheminots sur le terrain les conséquences de cette politique de court terme qui ne peut pas s’arranger sans un revirement stratégique majeur. Pour cela, la direction de la SNCF et les représentants de l’Etat doivent écouter le message des usagers mais aussi des cheminots.

Les syndicats qui ont appelé à la reconduction de la grève le 08 avril semblent bien avoir conscience de l’urgence à dialoguer et regrettent sans doute de n’avoir pas d’autres moyens que la grève pour que des réelles négociations puissent s’ouvrir.

Il est maintenant nécessaire que l’autorité de tutelle de la SNCF, intervienne pour permettre ce dialogue plutôt que de jouer le pourrissement.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1073

2 Messages

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|