“L’Europe prescrit l’austérité comme les médecins de jadis prescrivaient des saignées.” Yanis Varoufakis, ministre grec des finances

Accueil > Archives > National > Santé > MUTUELLES DE FRANCE

MUTUELLES DE FRANCE

mercredi 7 juillet 2010 , 608 : visites , par Jean Lefevre

Les Mutuelles de France
ont fêté leur 40 e anniversaire
en mai dernier.

La présidente Me
Bocanfuso et la directrice,
Me Douine, ont mis l’accent
sur les dangers qui touchent
tout le secteur de santé et
donc de la sécurité sociale
menacée de déficits records
(30 milliards pour 2010).

Mais ce déficit annoncé est un
trompe-l’oeil quand on voit que
les exonérations de cotisations de
Sécu pour le patronat est lui, de
30,7 milliards. Cherchez l’erreur
 ! Faut-il ajouter que ces exonérations
n’ont créé que des
emplois précaires et sous qualifiés.
Le résultat d’une telle politique
se lit sur les feuilles de maladie
des patients mutualistes : franchise
de 1 € sur tout acte médical
 ; forfait de 18 € sur les actes
dépassant 91 € et toute une série
de franchises (50 c par boîte de
médicaments, ou par acte paramédical,
2 € sur les transports
sanitaires).

Faut-il ajouter que l’État s’est
déchargé sur les mutuelles de
certaines dépenses. Il leur fait
payer la CMU (5,9 % sur les
cotisations) et même la grippe A
(Le coût pour les Mutuelles de
France est de 86 000 €) !
Tous ces frais à répercuter sur les
cotisations aboutissent à ce que 5
millions de Français (8 %) de la
population ne peuvent plus se
payer une mutuelle.
Les Mutuelles de France dénoncent
la marchandisation qui
atteint tout le système de santé
favorisant désormais les cliniques
privées. Tout ce qui est
rentable est livré aux appétits des
investisseurs, le reste est abandonné
au secteur public.

Les Mutuelles de France dénoncent
fermement (à peu près la
seule à le faire) les dépassements
d’honoraires des chirurgiens.
(Ci-dessous pour une opération
ORL à la clinique St Jean
de Dieu à Paris, la sécu prend
1506 euros en charge et les toubibs
réclament 1760 de dépassements
d’honoraires.)

Dans l’Aube, se rendre dans une
des 3 cliniques privées du groupe
Vitalia, c’est se jeter dans la
gueule d’un loup affamé d’argent
frais. (Opération de la hanche : +
800 € ; genou, + 500 € et 150 €
pour le canal carpien, maladie
fréquente chez les bonnetières.

Pas étonnant si solidarité et
répartition, les principes fondateurs
de la Sécu, sont en pleine
crise, malgré les discours vertueux
de nos dirigeants. Car, en
jurant, la main sur le coeur, fidélité
aux principes, ils mettent en
place des lois qui les anéantissent
 : loi « Hôpital, Patients,
Santé, territoire », mise en place
des « Agences régionales de
santé ». N.Sarkozy est d’ailleurs
clair quand il annonce : « Les
régimes de base ne pourront pas
tout financer, il faudra faire des
choix. »

Les Mutuelles répondent par le
joli mot de solidarité et réclament
l’élargissement du financement à
tous les revenus, à commencer
par les revenus financiers !

La bataille que mènent les
mutuelles de travailleurs est une
bataille qui engage un choix de
société.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1085

- cliquer sur les vignettes pour agrandir la photo.
- Ensuite cliquer sur la partie droite de la photo pour passer sur la photo suivante, ou à gauche pour revenir en arrière

info portfolio

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|