“Si l’homme échoue à concilier le justice et la liberté, alors il échoue à tout.” Albert Camus

Accueil > Archives > National > Services publics – Promotions et développement > La grande braderie du service public de l’emploi 60 000 chômeurs livrés en (...)

La grande braderie du service public de l’emploi 60 000 chômeurs livrés en pâture au marché ?

lundi 17 juillet 2006 , 2044 : visites , par FLORENT BALLANFAT

Al’occasion des discussions précédant la signature de la convention bipartite UNEDIC - ANPE, le MEDEF souhaite développer le recours au privé pour le placement des personnes au chômage.

Actuellement des expérimentations concernant 10 000 chômeurs parmi les plus éloignés de l’emploi sont mises en place chaque année... Le patronat souhaiterait multiplier ce chiffre par six ce qui nécessiterait un appel d’offres européen pour un marché aussi important.

- Une idéologie dangereuse et sans fondement

L’argument phare du MEDEF, repris comme souvent par la droite, est l’efficacité du privé par rapport à l’ANPE. Pour cela, le mouvement patronal s’appuie sur des statistiques révélant que les agences d’intérim et autres cabinets de placement obtiendraient de meilleurs résultats pour le retour à l’emploi. Ces données ne prennent pas en compte le coût du dispositif pour l’UNEDIC (on parle de 4 000 euros par personne, pour rémunérer les cabinets de placement) ni même la qualité des emplois offerts par le privé. Il semblerait pourtant qu’ils soient majoritairement constitués de petits boulots précaires, à temps partiels souvent, sous-qualifiés et bien entendu sous-payés. Pas de chance pour les personnes en question qui remplissent une double mission : truquer les chiffres du chômage en disparaissant des chiffres officiels, et justifier l’idéologie libérale d’une prétendue efficacité du marché en servant de cobayes humains à ces "expérimentations".

- Une réalité bien différente

Pourtant chacun peut s’en apercevoir en regardant autour de lui, la baisse du chômage annoncée n’est qu’une illusion, qui cache une réalité bien plus inquiétante : l’emploi précaire se développe à une vitesse folle ce qui explique aussi le succès de l’intérim. Les mesures visant à supprimer les chômeurs des statistiques, à défaut de s’attaquer aux réelles causes du chômage, entretiennent l’idée qu’il n’existerait pas d’autres alternatives au chômage que la précarité. Alors qu’il existe en France et en Europe, les moyens pour faire disparaitre complètement ce fléau. L’une d’entre elle consisterait à donner au service public de l’emploi donc l’ANPE, les moyens de bien remplir sa mission : en augmentant ses effectifs pour lui permettre d’aider vraiment les demandeurs d’emploi en passant avec eux le temps nécessaire, ou encore en implantant des unités au plus près des populations. Des solutions simples mais très éloignées de la politique actuelle dictée par le gouvernement qui concentre les services dans des " maisons de l’emploi " pour permettre le flicage des chômeurs, et une baisse du nombre d’agents, ou encore une recherche de productivité qui limite le nom-bre d’entretiens et leur durée.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N877

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|