“On commence par dire : cela est impossible pour se dispenser de le tenter, et cela devient impossible, en effet, parce qu’on ne le tente pas.” Charles Fourier

Accueil du site > Archives > Aube > Tout le département > LA SEMAINE SANGLANTE

LA SEMAINE SANGLANTE

vendredi 27 août 2010 , 545 : visites , par Jean Lefevre

Ainsi pourrait-on qualifier dans l’Aube les derniers jours d’août 1944 qui virent l’armée allemande en déroute perpétrer des crimes qualifiés aujourd’hui de crimes contre l’humanité.

Il en est ainsi des fusillés de Creney le 22 août (49 résistants), du massacre de Buchères le 24 août (67 hommes, femmes et enfants) et des nombreux assassinats, incendies et destructions perpétrés entre Buchères et Mussy-sur-seine lors de la débandade nazie. Il y eut près de 500 victimes auboises durant ces 4 années d’occupation, la plupart en 1944, victimes que Roger Gallery analyse dans son livre « Le combat des obscurs ».

Buchères fait partie des communes martyrs comme Oradour-sur-glane, Tulle, Maillé ou les villages du Vercors* et depuis quelques années, grâce au maire Daniel Lebeau, sont organisées des cérémonies officielles, devant la lanterne des morts en présence du Préfet ou de son représentant, des organisations patriotiques, des rares survivants du massacre (un homme et 2 femmes) et de la population. On ne peut que regretter l’absence des scolaires.

Les polémiques se dissipent à peine, malgré les travaux historiques et les efforts pour donner une vue plus intégrale de cette période. Car l’événement local examiné de trop près risque de cacher la réalité globale. Daniel Lebeau et la secrétaire de la Préfecture eurent des mots forts pour qualifier les crimes commis à Buchères et les replacer dans un contexte historique juste. « Notre commémoration se situe 70 ans après l’appel du Gal De Gaulle, appel à se rassembler et à résister à l’occupant nazi, résistance qui fit corps avec la création du CNR. »

Le maire rappela que parmi les noms inscrits sur le monument figurent des habitants qui ont soutenu la résistance, « ce qui a valu à notre commune en 1948, l’attribution de la Croix de guerre 39/45 avec étoile de vermeil : le blason de la commune de Buchères porte témoignage de cette distinction. »

Daniel Lebeau rappela, comme je l’avais fait en son temps dans la Dépêche, que le massacre perpétré à Buchères ne fut pas unique puisque la même troupe** commit en s’enfuyant vers l’Est de nombreuses exactions. « Je voulais simplement, dit-il, remarquer avec vous que toutes ces exactions n’avaient aucun rapport avec l’action des FFI de Buchères ». Le but était effectivement de terroriser la population de la région davantage que de se venger d’une action de la Résistance. ***

Dimanche un grand rassemblement doit se faire comme chaque année à Creney. Ce devoir de mémoire, comme disent les Résistants, comme le disent tous ceux qui veulent rassembler la nation autour de valeurs démocratiques, doit être sérieusement conjugué, entretenu, soutenu par les pouvoirs publics et l’éducation nationale. Il doit l’être pour les générations présentes et futures d’autant plus que le racisme se développe honteusement dans notre pays, attisé sans doute pour des raisons électoralistes, mais dont le résultat est catastrophique dans les consciences.

Je connaissais quelques-uns des Résistants fusillés à Creney. Ils sont tombés en luttant contre un racisme et un fascisme qui avait atteint des proportions monstrueuses. Mais ces difformités sociales avaient commencé dans la quotidienneté des offenses et de la stigmatisation les plus banales.

P.-S.

Après les cérémonies de Buchères, Troyes et des autres communes libérées dans l’Aube autour du 25 août, ce sera celle de Creney le dimanche 29 août à 11 h au monument aux morts.

La Dépêche de l’Aube N1092

Répondre à cet article pour débattre, pas de promo de sites web commerciaux, merci

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|