“L’art de gouverner est réduit à donner aux frelons la plus forte portion de miel prélevé sur les abeilles.” Saint-Simon (1760 - 1825)

LE PCF REPOND AU MAIRE

jeudi 30 septembre 2010 , 424 : visites

Le 15 septembre dans la presse locale, Eric Vuillemin s’est livré à une attaque virulente contre le PCF, au sujet de « l’affaire » Belmondo. Les adhérents de notre section, unanimement, ont considéré que l’on ne pouvait laisser salir notre parti sur cette question de patriotisme et de la Résistance.

Pour mieux faire passer la pilule « Belmondo » le maire de Romilly n’hésite pas à en enfourcher les bonnes vieilles méthodes de l’anticommunisme en salissant au passage tous les militants romillons qui se sont engagés dans la lutte contre le nazisme et qui, pour bon nombre, ont été fusillés ou déportés vers les camps de la mort.

Le rôle du PCF durant cette période douloureuse pour la France et pour des millions de nos concitoyens est incontestable et reconnu de tous, à part quelques révisionnistes de l’histoire qui voudraient bien détourner la réalité des faits. D’ailleurs à la Libération, le général De Gaulle, s’appuyant sur l’aura que notre parti a acquis dans la Résistance auprès de l’opinion publique avec l’image du « Parti des fusillés » (75 000 morts), fit appel à quelques dirigeants communistes pour devenir ministres, dont Ambroise Croizat, Marcel Paul et Maurice Thorez qui fut ministre d’Etat et vice-président du Conseil provisoire de la République.

Ils ont fait un travail social énorme à la tête de la France en appliquant le programme du Conseil National de la Résistance dont la droite sarkoziste essaie aujourd’hui de démanteler les acquis !

- Faut-il rafraîchir la mémoire du maire et lui rappeler que le Parti communiste a été le premier parti à être interdit à l’automne 1939, ses militants arrêtés dès 1940 et que c’est Pierre Georges (alias colonel Fabien) qui a donné le signal de la Résistance à l’occupant nazi en exécutant un officier dans le métro parisien ? Faut-il aussi lui rappeler qu’en Allemagne même les communistes ont été les premiers à être internés dans les camps de concentration à l’image de Ernst Thälmann qui fut arrêté en 1934 et exécuté en 1944 à Büchenwald ?

- Notre parti a toujours été aux côtés de ceux qui souffrent et se battent pour la liberté et pour la paix. Oui, qu’on se rappelle aussi nos combats pour la paix en Algérie avec la garde à vue de 4 responsables communistes de Romilly lors d’une manifestation contre cette sale guerre ou pour empêcher les « rappelés » de partir, avec la révocation du maire Maurice Camuset pour ces actions. Nous n’oublions pas, nous, monsieur le maire, que des membres de notre parti, ont péri lors de cette guerre. A la demande des élus communistes, vous avez donné à une rue de Romilly le nom de Maurice-Maillard, soldat du contingent tué en Algérie et secrétaire des Jeunesses Communistes de notre ville.

- Comment oublier aussi la répression du métro Charonne lors d’une manifestation le 8 février 1962 contre les assassins de l’OAS qui attentaient à la vie de personnalités politiques, syndicales, universitaires, de la presse et des lettres ? Dans cette manifestation pour imposer la paix en Algérie, 8 manifestants sont morts, chargés par les policiers  ; matraqués, étouffés, écrasés. 8 étaient syndiqués à la CGT et 7 membres du PCF.

- Oui, nous sommes pour le devoir de mémoire (le vrai) et nous ne pouvons accepter dignement que l’on donne le nom d’un collaborateur pétainiste, qui a cautionné la propagande nazie, à un édifice culturel et à un quartier qui jouxte des rues portant des noms prestigieux comme ceux de Guy Moquet, Jean Moulin ou l’hôpital Maurice-Camuset. A l’inverse, aujourd’hui, certains politiques UMP fouillent dans les poubelles de l’histoire et voudraient la revisiter. On arrête, on expulse et on réhabilite à tours de bras. Maintenant, ce sont les anciens activistes de l’OAS, dont beaucoup ont du sang sur les mains et qui ont fomenté l’attentat du Petit Clamart contre le général De Gaulle, qui vont être réhabilités avec, pour certains, des stèles érigées à leur mémoire !

- Mais toutes ces démarches n’ont qu’un seul but, récupérer les voix du Front national pour poursuivre une politique encore plus dure pour ceux qui triment et n’acceptent pas la destruction du système de protection sociale au profit des grosses fortunes. Soyez certain, monsieur le maire UMP, à Romilly comme ailleurs, nous agirons plus que jamais avec nos concitoyens pour construire une société faite de justice, de solidarité, de liberté, de paix et de coopération entre les peuples.

Section de Romilly du PCF

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1097

1 Message

  • LE PCF REPOND AU MAIRE 3 octobre 2010 20:54, par JOINVILLE

    “Les bavards sont des gens établis, je préfère le silence des gens injuriés » Max Jacob Je ne sais pas où vous allez chercher vos citations, mais vous avez le chic pour sortir des citations qui ne veulent pas dire grand chose.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article pour débattre, pas de promo de sites web commerciaux, merci

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|