L’affirmation de la paix est le plus grand des combats. » Jean Jaurès

Accueil > Archives > National > Economie – Social > Dans l’Aube comme partout en France : Ras-le-Bol des salariés de (...)

Dans l’Aube comme partout en France : Ras-le-Bol des salariés de carrefour

jeudi 19 mai 2011 , 405 : visites , par LDA

Majoritaire dans les Carrefour Market, la CGT a fait monter la tension d’un cran avant les négociations annuelles obligatoires. D’autres actions sont en préparation.

Journée de mobilisation réussie, samedi 14 mai chez Carrefour. Après le mouvement social dans les hypermarchés le 9 avril dernier, c’était au tour du personnel des 500 magasins Carrefour Market appartenant au groupe. à l’appel de la CGT, des débrayages de deux heures ont été organisés dans les magasins.

Dans l’Aube, le mot d’ordre a été suivi par une très large majorité des personnels .

à Nogent-sur-Seine, la fermeture a été évité par le recours à des personnels non grévistes d’autres magasins.

« Nous souhaitons que les salariés de Carrefour Market bénéficient des mêmes droits que ceux des hypers, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui », explique Laurent Lamaury, délégué syndical national de la CGT. « Nous n’avons pas de tickets resto, nous n’obtenons notre prime de vacances qu’après 6 ans d’ancienneté alors que dans les hypers, il faut moins de temps », précise- t-il. Mais surtout, la CGT demande à ce que les bases de l’accord salarial négocié à l’échelle du groupe, à savoir la prime exceptionnelle de 200 euros net au 31 juillet, le passage à 10% de la remise sur achats accordée au personnel et le projet de revalorisation de la prime de vacances, s’appliquent aux salariés de cette entité. Même si elle les juge encore insuffisantes : « cet accord n’est pour nous qu’un point de départ. Nous voulons plus, notamment sur les salaires  ». Contrairement à FO, la CGT n’avait pas signé ce projet d’accord qui prévoit une hausse des salaires de 2%. « Nous réclamons une hausse de 5 à 10% car les 2% ne représentent que la revalorisation à venir du SMIC, le salaire de la plupart des employés ici ». Enfin, la CGT souhaite saisir cette occasion pour dénoncer les conditions de travail des salariés. « La nouvelle méthode basée sur la polyactivité des employés, est très mal vécue. Elle implique une surcharge de travail, une pression supplémentaire et une désorganisat ion des magasins pour la clientèle ».

Notons que les bénéfices du groupe ont progres sé de 11,3% en 2010 grâce, selon un communiqué de la direction, à 580 millions d’euros « d’économies de coûts [...] supérieures à nos objectifs initiaux ». La dette financière à, en revanche, augmenté de 21,2%. Les salariés, à l’image de chez Carrefour, ne supportent plus la pression pour payer les actionnaires et les banques.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1130

info portfolio

En médaillon, les salariés en lutte de Carrefour à Nogent-sur- Seine posent la (...)

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|