L’affirmation de la paix est le plus grand des combats. » Jean Jaurès

Accueil > Archives > National > Economie – Social > Désespérance, mal-être...

Désespérance, mal-être...

La “génération sacrifiée” du libéralisme La lutte est encore un espoir

vendredi 10 juin 2011 , 251 : visites , par Rémi

Avant même de quitter l’école, beaucoup de jeunes perdent toute illusion sur leur avenir. La jeune génération vit plus mal que la précédente et subit de plein fouet les ravages du capitalisme.

Cette semaine, entendue en croisant deux jeunes adolescentes, une bride de conversation m’a choqué. Oui, choqué. « Dans deux semaines, je passe le bac. à la rentrée, je suis au Restos du Coeur ». Faisant partie de la génération post soixante huitarde, j’ai le vivace souvenir de la rebellion qui couvait encore dans les braises mal éteintes de Mai, de l’insolent espoir qui incendiait nos jeunes et téméraires cervelles, avides d’un autre monde. La retraite ? Neuf jeunes sur dix n’y pensent même pas.

Pas seulement que l’échéance leur semble lointaine, non, mais parce qu’elle est devenue à leurs yeux un luxe inacessible. Car, avant d’être en retraite, il faut avoir travaillé. C’est bien leur problème : aujourd’hui, le chômage des 18-25 ans avoisinne les 25%. La France se situe en 23è place parmi les 30 pays de l’OCDE. Ajoutez-y la galère des petits boulots.

Le capitalisme s’emploie à briser tout espoir d’alternative, formate des disques durs, prêts à l’emploi et jettables, qui seront insérés - exploités - dans les circuits du profit. C’est l’école publique qu’on casse pour la transformer en tenancière, en pourvoyeuse de main d’oeuvre façonnée sur les critères patronaux de « l’employabilité ». L’utopie est étouffée par le matérialisme dépravé des portables, multifonctions comme les couteaux suisses. « Plus belle la vie », pour eux, seulement sur FR3. Je ne jette pas la pierre à cette génération sacrifiée, qui voit ses illusions et ses espoirs soufflés comme les bougies d’un Noël gâché. « Même sans espoir, la lutte est encore un espoir » a dit Romain Rolland.

C’est notre grande tâche à nous, communistes, d’expliquer à ces jeunes qui voient leur avenir en gris sombre comment l’aurore d’un monde meilleur se lèvera un jour, que l’espoir naît des luttes, qu’il les nourrit et les fait triompher.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1133

info portfolio

Les jeunes sont devenus des proies dans une société qui ne les écoute pas et (...)

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|