Et pourtant il n’a pas connu Sarkozy : “Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre.” Karl Marx

L'Humeur
  • L’humeur.
  • 29 juillet 2011
  • (éva joly et la suite dès qu’Éva Joly, au détour d’un micro, eut dit ce qu’elle a dit, aussitôt une levée de boucliers d’est et d’ouest s’est dressée contre elle. Les hypocrites se sont régalé la médaille qu’ils portent en bombant le torse. Ils se sont (...))
  • Lire la suite
Accueil du site > L’hebdo > 2011 > Juillet > N1139 > SUR LA SCÈNE D’AVIGNON, ON Y JOUE, ON Y JOUE......

SUR LA SCÈNE D’AVIGNON, ON Y JOUE, ON Y JOUE......

vendredi 29 juillet 2011 , 194 : visites , par Jean Lefevre

...valse en trois temps.

Les Frères BeN Aïm

Pour les avoir vus travailler en résidence au Théâtre de la Madeleine, je peux dire que les frères Ben Aïm font partie des artistes qui apportent un véritable univers avec eux.
Leur manière de danser est tout à fait originale, collant à l’univers théâtral, à celui de la pantomime, cet art muet qui exige la complicité des grands bavardages musicaux. à la « Caserne » d’Avignon, ils se sont surpassés dans cette « Valse en trois temps », Solo, Duo, Trio, authentique travail de compagnie à la fois physique et poétique. Dans ces danses presque athlétiques et nécessitant des pauses larges, le muscle doit être invisible et la poésie chanter dans chaque geste.

Léonard Cohen est convoqué pour le Duo homme-femme, duel esquissé, souvent avorté, difficulté d’une relation fusionnelle comme l’exprime si souvent le chanteur canadien. Cette voix de baryton apporte un lavis profond tandis que tourne le couple avec un Christian Ben Aïm virtuose, spirituel et charmeur et ses partenaires, Anne Foucher, Jaime Flor et Natacha Balet.

Vient ensuite un surprenant solo dansé par Aurélie Berland sur une macédoine d’airs classiques enfilés bout à bout sans que personne ne voie le raccord. Beau travail de couturier symphonique. Mais tout le monde découvre une danseuse maîtresse de son art, parfaitement sûre de ses mouvements maladroits, incertains qui s’inscrivent entre maladie et santé, indécision et résolution, figurant ainsi humanité, tendresse ou compassion. Aurélie Berland à mal à sa danse toute de pudeur et de fièvre contenue.
Le Trio, bouquet final éclate sous la musique de Tiger Lillies, cet anglais peinturluré qui accordéonne une liberté maximale.
La Danse est à la fois triste et burlesque, prudente et casse-cou. C’est le Ben Aïm acrobate, élégant, inventif et artiste jusqu’au bout des pieds et ses partenaires

....PSYCHOSE,

Cie NooB

C’est presque le récit copié-collé d’un malade mental en pleine souffrance. Pas de volonté théâtrale apparente, pas d’histoire. C’est l’état d’esprit de quelqu’un qui veut mourir, ou plus sûrement de quelqu’un qui n’accepte plus de vivre, qui ne s’accepte plus.
Seule la voix superbe de Lucie Boscher nous parvient. Car elle est au fond de la scène, assise, tournant le dos dans une ombre angoissante. Mais c’est une voix multiple, travaillée par le son et pour le texte qu’elle épouse entièrement.
Le récit de Sarah Kane alarme, menace, reprend vie, effraie de nouveau, nous entraîne aux frontières d’un esprit en plein tourment existentiel. Où est le vrai ? Où est l’imaginaire ? Un auteur peut-il se contenter d’écrire sur la dépression d’un personnage, même s’il est lui-même malade au point de suicider ? Le monde actuel éclaire le suicide d’un jour nouveau. Ce n’est plus tout à fait un acte individuel,
mais un acte inscrit dans la souffrance sociale d’un groupe.
Faut-il voir dans ce texte une critique politique d’un monde
lui-même malade ?*

La mise en scène de Benjamin Duval surprend. Elle ne m’a pas totalement convaincu. Des images floues sont projetées sur un écran qui occupe tout le haut de la scène, images morcelées de peau, de sexe, de sang, battements des veines, frémissements d’avant la mort. La caméra semble fouiller pour découvrir ce secret d’avant la fin. Un travail intéressant cependant qui apporte une touche originale dans le théâtre.
 [1] .

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1140

Notes

[1] Le problème n’est pas neuf. Durkheim (1897) affirmait que le taux de suicides ne pouvait se comprendre que par une analyse globale de la société

Répondre à cet article pour débattre, pas de promo de sites web commerciaux, merci

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|