“L’Europe prescrit l’austérité comme les médecins de jadis prescrivaient des saignées.” Yanis Varoufakis, ministre grec des finances

L'Humeur
  • génétique de classe
  • 10 novembre 2011,
    par Jean Lefevre
  • Qu’est-ce qu’on a pu se battre contre les idées toutes faites, les idées fausses, les idées nulles.
    Par exemple, il a fallu démontrer pourquoi les enfants des pauvres réussissaient moins bien à l’école. Parce qu’ils étaient pauvres, disionsnous. on (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • à gauche... toute !
  • 10 novembre 2011
  • C’était un matin de novembre 2011, Celles et ceux qui se trouvaient devant leur télé ou à l’écoute de leur radio, ce jour-là, n’en sont pas encore (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2011 > Novembre > N1155 > Phèdre (s)

Phèdre (s)

jeudi 10 novembre 2011 , 264 : visites , par Jean Lefevre

On a assisté ce week-end
au théâtre Gérard-Philipe
à un très beau
spectacle. Du théâtre
classique bien que
mâtiné de moderne.


Le TPC [1] a donné Phèdre de
Racine, une pièce classique
qui sent cependant son romantisme
tant la passion y
joue le rôle central. Phèdre est
mariée à l’infidèle Thésée qui
possède un fils, Hyppolite,
dont cette folle de Phèdre va
tomber amoureuse. C’est tout
de même son beau-fils ! Il y a
inceste sous roche. Pour la
cour de Louis XIV, Racine va
adapter Euripide, un auteur
grec ancien. La passion mais
encore la folie sert de toile de
fond dans cette tragédie. De
quoi rassurer sans doute les
auditeurs dévots du XVIIIè
siècle. Mais la passion seule
est dévorante, féroce et tragique.
M.-H. Aïn, qui n’a pas
les moyens de monter entièrement
la Phèdre de Racine (5
actes et 8 personnages +
quelques gardes), a choisi de
présenter les deux personnages
clés de la pièce, Phèdre
(Catherine Lefèvre) et Oenone,
sa confidente (Maria
Naudin). Elle insère en outre
quelques textes d’auteurs
plus modernes qui tous, traitent
bien entendu de Phèdre,
mais dans un style différent
et ces intermèdes apportent
une respiration, une distanciation
mais aussi un éclairage
utile [2].

Beau mécano
littéraire.
Le personnage de Phèdre est
celui, tragique, d’une femme
maudite par les dieux du fait
de sa naissance, qui ressent
sa passion comme insupportable
et qui se débat jusqu’à la
mort inéluctable. Le projet de
ce spectacle était risqué. Phèdre
n’est plus étudié au lycée.
Ce fut pourtant une réussite
incontestable. Le couple Phèdre/
Oenone a fonctionné à
merveille. Catherine Lefèvre
a soulevé l’émotion de l’assistance
par sa voix, sa gestuelle
très chorégraphique et sa présence.
Charisme est un mot
qui lui va bien. Oenone a le
rôle de confidente et de
conseillère. On peut lui trouver
parfois de la dureté, mais
son rôle est politique, celui de
protéger sa maîtresse titrée,
« la fille de Minos et de Pasiphaé
 ». Elle est dévouée et sincère.
Maria Naudin a très
bien compris cette dualité.
Défi vaincu.
Preuve de la réussite, de la
beauté de ce travail et de l’enthousiasme
du public, les actrices
furent plusieurs fois
rappelées sur scène. Il faut
aussi dire que la langue incantatoire,
mélodique, sensuelle
de Racine, une des plus
belle de la langue française,
fut pour beaucoup dans cet
enchantement. Glawdys Gaillot
a brossé un décor simple mais
efficace. Les musiques ramenèrent
à la Grèce, toujours
elle, grâce à Mikis Théodorakis.
On espère que ce spectacle
pourra être applaudi par
de nombreux étudiants et un
public encore plus large. Deux
soirées seulement pour cette
petite merveille qui a coûté
six mois de travail, ce serait
du gâchis. Merci en tout cas
au théâtre Gérard-Philipe et
à son directeur Olivier Bedel
de l’avoir accueilli.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1155

Notes

[1Théâtre Populaire de Champagne,
créé par Pierre Fabrice et dirigé aujourd’hui par Marie-Hélène Aïn

[2Eugène Duriff, Marina Tsvetaeva,
Yannis Ritsos.

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|