“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

L'Humeur
  • PARCOURIR, ELIMINER
  • 1er juin 2018
  • Les lycéens de terminale et leurs parents découvrent la réalité de Parcoursup. Les incohérences, les injustices, les refus généralisés sont légion. On apprend qu’il vaut mieux sortir du lycée Henri IV que du lycée Le Corbusier et qu’il vaut mieux avoir (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE
  • 1er juin 2018
  • Nos camarades troyens n’avaient pleuré ni la colle ni l’huile de coude pour annoncer la venue du député communiste Alain Bruneel à Brienne et à (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > JUIN 2018 > N°1497 > PARCOURIR, ELIMINER

PARCOURIR, ELIMINER

vendredi 1er juin 2018 , 32 : visites

Les lycéens de terminale et leurs parents découvrent la réalité de Parcoursup. Les incohérences, les injustices, les refus généralisés sont légion. On apprend qu’il vaut mieux sortir du lycée Henri IV que du lycée Le Corbusier et qu’il vaut mieux avoir payé un spécialiste pour rédiger son CV que d’avoir demandé l’aide de son grand frère. Étonnant, non ?

Les logiciels sont accusés. La machine sert de bouc émissaire. Les couacs sont attribués à l’incompétence de quelques bureaucrates dans les ministères. Non, les énarques ne sont pas des imbéciles et les ministres ne sont pas irresponsables ! Tout se passe comme si « on » avait voulu renforcer brutalement la sélection sociale, comme si « on » avait compté sur un manque d’empathie général, surtout parmi la population non concernée : « Il faut bien une sélection. » « Avaient-ils bien choisi leur orientation ? » Une fois de plus, la victime est coupable. Quand le mot «  compétition » devient la devise de la République (en marche), la solidarité se meurt. Au passage, « on  » tente de faire oublier que l’accès aux grandes écoles était déjà soumis à la loi du fric.

Actuellement, des ados découragés se demandent si ça vaut le coup d’aller passer le bac. Est-ce qu’il ne leur reste plus qu’à bruler des voitures pour prouver qu’on peut réussir quelque chose dans la vie ?

Guy CURE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|