Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 1er mars 2019
  • Le jour de la Saint-Valentin, le directeur d’une petite entreprise a reçu ce message de sa banque à qui il demandait des conseils de gestion : « À ce jour le système informatique de l’ACPR ne différencie pas le caractère “Blocking” ou “Non-Blocking” des (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 1er mars 2019
  • À lire une récente chronique du Monde écrite par un prof à Sciences-Po, aussi “capital-risqueur”, les ouvriers ne sont plus dans l’industrie bien que (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > MARS 2019 > N°1536 du 01/03/2019 > Mobilisation pour L’Humanité

Mobilisation pour L’Humanité

continuons la bataille pour l’avenir de notre journal

vendredi 1er mars 2019 , 341 : visites , par LDA

Près de 4 000 personnes de tous horizons ont participé aux six heures de mobilisation pour mettre l’Humanité sous protection populaire.

L’Humanité est bien plus qu’un journal : c’est une matière politique incandescente ; un lieu sensible où se tissent des solidarités et des combats, des savoirs, des doutes, des convictions et toute une culture. Le 22 février, à la halle Marcel-Dufriche à Montreuil, cette alchimie s’est manifestée de la plus belle des façons, lors de la soirée de soutien au journal. Olivier Besancenot, Benoît Hamon, Fabien Roussel, David Cormand, Philippe Martinez... tous étaient venus dire à quel point ce journal est indispensable aux luttes, à la pensée critique, à l’invention d’une politique d’émancipation. La détermination à mettre l’Humanité sous protection populaire et citoyenne se joue même des frontières politiques. D’improbables rencontres s’y sont produites : il fallait voir le mathématicien et député LaREM, Cédric Villani, engagé pour la reconnaissance de l’assassinat de Maurice Audin comme un crime d’État, en grande conversation avec un gilet jaune. Des artistes y ont côtoyé des salariés en lutte ; des sportifs s’entretenaient avec des historiens ou des philosophes ; des dessinateurs, des plasticiens, des journalistes, des humoristes ou des musiciens croisaient des ouvriers ; des cheminotes, des infirmières ; des scientifiques échangeaient avec des féministes, des défenseurs du droit au logement ou des militants engagés contre les violences policières. « L’Humanité est le lieu par excellence de l’alliance entre les intellectuels et le peuple, alliance sans laquelle aucune avancée n’est possible », résumait le président des éditions du Seuil, Olivier Bétourné.

“C’est parfois de l’extrémité du péril que vient le salut”

Impossible de résumer ici la teneur de cette soirée dense et enthousiasmante. De virgules littéraires en intermèdes musicaux, la soirée s’achevant, le comédien Yvan Le Bolloc’h faisait entendre les mots d’alarme de Jean Jaurès, redoutant en 1906 de devoir mettre un terme à l’aventure de l’Humanité pour des raisons, déjà, d’asphyxie financière, deux ans seulement après sa création. Son bouleversant appel aux lecteurs, aux amis du journal, s’achèvait ainsi : « C’est parfois de l’extrémité du péril que vient le salut. » Nos journaux ne sont pas tirés d’affaire. Mais l’extraordinaire solidarité qui se manifeste autour d’eux insuffle à ceux qui font l’Humanité, comme à ceux qui la lisent, un puissant élan de vie. Présentant une nouvelle formule, Roland Leroy, alors directeur du journal et qui vient de nous quitter, expliquait - déjà à l’époque - que la richesse de L’Humanité, c’était d’abord ses lecteurs. La vague de solidarité de tous bords est un signe encourageant. Continuons la bataille !

18 nouveaux abonnements réalisés dans l’Aube Outre les donateurs qui se sont mobilisés dès l’annonce du péril, les militant.e.s sont aussi montés sur le pont pour réaliser de nouveaux abonnements au journal, seuls gages pérennes pour assurer l’avenir.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|