Il faut bien que la vérité monte des profondeurs du peuple, puisque d’en haut ne viennent que des mensonges.” Louise Michel

Accueil > Archives > National > EADS la direction empoche les salariés trinquent

EADS la direction empoche les salariés trinquent

jeudi 11 octobre 2007 , 2039 : visites

Sans être tout à fait surprenante, l’accusation de " délit d’initiés massif " visant les groupes Lagardère, Daimler-Benz et de hauts dirigeants d’EADS entre la fin 2005 et mars 2006 est en elle-même la révélation d’un scandale.

Mais un scandale d’autant plus révoltant qu’au moment où l’on apprend que certains, bien informés, s’en sont mis plein les poches, des milliers d’ouvriers, d’employés, de techniciens, d’ingénieurs d’Airbus et des entreprises sous-traitantes vont voir leurs emplois supprimés et des sites cédés à des repreneurs privés. Les salariés d’Airbus, qui donnent le meilleur d’eux mêmes, de leurs compétences, de leur maîtrise des technologies les plus avancées pour réaliser ce fleuron de l’aéronautique européenne, paient aujourd’hui le prix des choix de gestion des actionnaires. Or ces derniers ont réalisé plusieurs dizaines de millions d’euros de plus-value, tirant profit, c’est un comble, de leur propre impéritie. À l’état major le produit de la vente "massive et concomitante" de milliers d’actions, aux sans-grade les rigueurs du plan Power 8 ! De quoi susciter l’écœurement et la colère dans les ateliers de Toulouse à Hambourg.

Non seulement cette affaire illustre cruellement la logique d’une gestion plombée par la recherche de profits financiers au détriment des hommes et du développement industriel. Mais elle éclabousse la majorité de droite aux affaires depuis 2002.

L’embarras des députés UMP

L’embarras est palpable à l’Assemblée, les députés UMP ont bien du mal à défendre la thèse, difficile à avaler, selon laquelle le ministre de l’Économie de l’époque, Thierry Breton, instruit comme il se devait des difficultés d’Airbus, pût ne pas être consulté avant la cession de 7,5 % des actions d’EADS par le groupe Lagardère. S’il est vrai que le gouvernement, alors que l’avionneur allait traverser une zone de turbulences, n’a pas vendu de parts à l’État, il n’aurait semble-t-il rien fait pour empêcher une opération qui ressort du délit d’initié. C’est du moins ce qu’il apparaît à la lecture de la note de l’AMF. Reste à la justice à faire son travail. "Il n’est pas établi que l’État était informé dans le détail", avance prudemment le président UMP de la commission des affaires économiques de l’Assemblée. Un autre député sarkozyste s’émeut de voir bafouée "l’éthique" qui doit commander le libéralisme. Fausse ou vraie naïveté ? C’est au contraire dans la nature du capitalisme financier que d’exiger toujours plus de rentabilité à distribuer aux actionnaires. Et c’est la raison pour laquelle les lois du libéralisme entrent en contradiction avec le développement des grandes entreprises stratégiques pour lesquelles la puissance publique, la collectivité en l’occurrence européenne doivent investir sur le long terme. On n’obtient pas ainsi du profit immédiat pour quelques groupes, on ne déploie pas des parachutes en or pour des dirigeants déchus, mais on construit de nouvelles générations d’avions toujours plus performants et toujours plus sûrs pour le plus grand nombre. C’est précisément parce qu’on a voulu faire d’Airbus, né de la coopération entre plusieurs États européens, "une entreprise comme une autre", répondant aux mêmes critères de gestion, parce que l’on a utilisé abusivement de la sous-traitance à moindre coût qu’on a multiplié les obstacles sur la piste d’envol. Et aujourd’hui, dans la guerre économique qui fait rage à l’échelle mondiale, d’aucuns ont sans doute intérêt à voir Airbus se briser les ailes.

Pour défendre le constructeur européen, il faut que la clarté soit faite. Une commission d’enquête parlementaire, dans la mesure où l’État est actionnaire, et où le gouvernement est mis en cause, s’impose. Faute de quoi, quelle crédibilité les salariés d’Airbus peuvent-ils accorder aux propos du patron d’Airbus, épinglé par l’AMF, quand il leur écrit dans une note interne du 2 octobre : " Nous travaillerons animés par un esprit d’équipe. Nous veillerons à l’exécution de nos décisions. Nous mobiliserons nos propres équipes.

Nous donnerons l’exemple "...

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N942

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|