Il faut bien que la vérité monte des profondeurs du peuple, puisque d’en haut ne viennent que des mensonges.” Louise Michel

Accueil > Archives > Aube > Troyes > Vie de la ville > Luc FERRY, Philosophe amer

Luc FERRY, Philosophe amer

jeudi 27 mars 2008 , 1288 : visites , par Jean Lefevre

Luc Ferry, ancien ministre de l’éducation sous Raffarin, est venu à Troyes, invité par la Maison du Boulanger. L’initiative de cette association bien dotée par la Ville est intéressante et le serait davantage si elle invitait des penseurs plus variés. Pour Marx ou Jaurès, c’est trop tard, mais il reste des successeurs.

Luc Ferry qui avait dû subir la déferlante anti-CPE qualifiait ce mouvement "d’avant-garde du conservatisme" car pour lui la jeunesse n’est ni audacieuse ni révolutionnaire. Les vrais progressistes ne seraient-ils pas, pour lui, tous ces renégats attirés par quelques carottes gouvernementales et municipales ou ces requins à dents longues, genre Nicolas Princen, le flic d’Internet ? La conférence de Luc Ferry a été fort bien racontée par Bruno Dumortier que je préfère dans cet exercice ( [1]). La philosophie de l’orateur n’est pas tout à fait de gauche, on s’en doute, mais elle mérite le détour du fait qu’elle permet de comprendre en profondeur et avec le panache des mots, ce que pense la droite.

Pour Luc Ferry, le 20e siècle est celui de la destruction des idéaux (ceux du 19e basés sur le travail, la religion, la famille). Il relie mai 68 au mouvement des jeunes "fumistes", et autres "j’m’enfoutistes" de la fin du 19e, qui voulaient faire table rase du passé pour construire du neuf. Il oublie les dadaïstes, les surréalistes, les zazous de 1941 ou les hippies, mais surtout le contenu de leur révolte. Car les mouvements neufs et souvent jeunes sont toujours en réaction contre un ordre qui opprime. Il oublie aussi (si toutefois Dumortier a tout rapporté) que les valeurs travail furent aussi des valeurs ouvrières. Marx dit du travail qu’il est libérateur et créateur en dehors de l’esclavage capitaliste.

Quant au mouvement de mai 68, Luc Ferry est dans la droite ligne de Sarkozy qui refuse d’y voir autre chose qu’un mouvement brownien étudiant. Pas de lien évidemment avec les grandes grèves ouvrières nées de ce mouvement, et qui permirent tant d’avancées sociales et syndicales. Pour détruire 68, il faut aussi le vider de son contenu. "Derrière les bohèmes, il y a les bobos" dit Luc Ferry. On sait que les dresseurs de barricade se retrouvèrent rapidement dans les ministères ou dans les médias. Dany le Rouge est devenu vert, il nous fait la morale sur France-Inter.

Luc Ferry a sa vision du capitalisme. Je serais surpris qu’elle réussisse à convaincre un chômeur. Pour lui, les défauts du capitalisme sont inhérents au système. Sortes de dégâts collatéraux. On n’y peut rien. Pour s’en sortir, il faut plus de valeurs morales et culturelles. Dans ce monde de la consommation, "une vie intérieure riche vous évite la fièvre acheteuse". S’il fallait pousser ce raisonnement, n’achètent beaucoup (enfin ceux qui ont les moyens) que ceux qui ont la tête vide et le cœur sec. Plus on est riche, plus on est con !

Luc Ferry aime notre époque quand on habite l’ Europe de l’ouest d’aujourd’hui. "Époque riche et prospère" (youp la boum !). C’est vrai, la bande de Gaza et les famines africaines sont moins attractives !

Il lui semble que tout foute le camp, comme dans la chanson de Mouloudji. "Le monde nous échappe’, "on ne sait plus pourquoi on avance". Il se moque des politiques qui n’ont d’autre tâche que de faire de la comm’. Il sait de quoi il cause. Il y était. Le monde ne va pas bien, les médias nous intoxiquent. Que nous reste-t-il ? - Notre famille, notre maison de campagne et les livres. Il faut cultiver son jardin disait déjà un Voltaire dégoûté. Pas terrible comme destin civilisateur.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N966

Notes

[1Libé et l’Est-Dimanche du 21 mars.

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|