“ Le capitalisme se fout de l’avenir de l’humanité. Il ne contient pas d’idée du monde, pas de morale. ” Robert Guédiguian

Accueil > Archives > Aube > 1967 : La reparution de La Dépêche de l’Aube

Spécial Anniversaire N° 1000

1967 : La reparution de La Dépêche de l’Aube

vendredi 21 novembre 2008 , 1329 : visites

Note de la Dépêche : Ecrire l’histoire de La Dépêche de l’Aube, mission impossible nous écrit Genneviève Delabruyère.... de 1952 à février 1967 La dépêche de l’Aube était diffusée en supplément de l’Humanité Dimanche sous le nom de « Une semaine dans l’Aube ». C’est en 1967 que comme nous l’écrit Paulette, le décision de sa reparution fut prise...

C’était au début de l’année 1967 que la décision de la re-parution de la Dépêche de l’Aube fut prise par les dirigeants de la Fédération de notre parti. A cette époque, j’étais membre du Parti depuis 5 ans, je participais aux réunions de la cellule Paul Langevin, quartier Jules Guesde.J’étais sténo dactylo, j’avais cessé de travailler pour élever mes 4 enfants. Je fus sollicitée par Roger Clavier, secrétaire fédéral à cette époque, pour taper le journal de cellule et m’occuper du secrétariat. Quand la décision fut prise de sortir la Dépêche, Roger me demanda si je pouvais faire ce travail. Cela commença donc, avec " les moyens du bord ", comme on dit. Le comité de rédaction se mit en place avec M. Camuset, René Roy, René Begusseau, etc... Jean-Claude Truaisch vint rejoindre ce groupe en devenant rédacteur permanent. Il se déplaçait dans les cellules de quartier, d’entreprises afin de recueillir les échos des habitants et ouvriers. Ce fut un travail très intéressant car nous étions au courant de ce qui se passait dans la population troyenne et auboise et dans les associations dont nous faisions partie. Notre Dépêche commençant à paraître sur 4 ou 6 pages, s’étoffa assez vite selon l’actualité du moment et les publicités que notre camarade Raymond Fageot démarchait.

Je tapais les articles sur une machine à écrire (on ne pensait encore pas à l’ordinateur) les articles devaient avoir 5 cm de largeur environ et chaque bout de ligne devait être de la même dimension que nous justifions sur un appareil spécial dont je ne me souviens plus du nom. Ensuite les articles, photos, pub étaient filmés au labo. Deux fois par semaine, notre dévoué copain Hubert Herrig venait de Bar sur Aube où il demeurait et travaillait pour faire le montage et la mise en pages. Une fois ces opérations terminées, le journal était tiré sur une machine Offset. Quelques temps après, nous avons acquis une Linotype et embauché un lino qui a composé les textes destinés à l’impression. C’est à ce moment-là que la machine à écrire a été mise au rancart. La vie de l’entreprise a complètement changé.

Mais il restait encore le pliage et l’envoi de la Dépêche. Chaque semaine, une section venait la plier et la mettre sous bande. Ce travail se faisait la nuit pour que le journal puisse paraître dès le samedi. Nous étions aidés dans ce travail par notre camarade René Lepage, facteur, qui ficelait les journaux par localité, les mettait en sacs pour les transporter à la poste. D’autres " Dépêche " étaient réparties dans les cellules et sections où les samedis et dimanches, nos militants effectuaient la diffusion. Malgrés la fatigue, un bon esprit régnait dans nos équipes et la semaines d’après, on recommençait. Ensuite, nous avons acheté de nouveaux locaux, du matériel plus moderne, etc... mais cela est une autre histoire.

Paulette BLANCHON

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1000

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|